Selles synthétiques VS selles en cuir

Hier soir, en nettoyant ma selle (Thorowgood T4 Cob), je me suis dit que j'étais contente de ne pas posséder une selle en cuir, vu la rapidité à laquelle je l'ai nettoyée. Alors aujourd'hui, j'ai choisi de vous énoncer, selon moi, les avantages et inconvénients d'avoir une selle synthétique.

AVANTAGES DES SELLES SYNTHÉTIQUES

Numéro 1 : LE PRIX
C'est quand même le premier argument qui fait que les cavaliers se dirigent vers une selle synthétiques : elles sont bien moins chères que les selles en cuir ! 
Pour comparer, j'ai pris la selle de dressage de chez Thorowgood (tout en synthétique) et la même selle, en cuir (chez Kent and Master, l'équivalent de Thorowgood en cuir). 
Sur le site de la sellerie Fouilloux, la selle synthétique est à 675€, tandis que celle en cuir est à 1350€. Une différence non négligeable, puisque le prix varie du simple au double.

Numéro 2 : LA FACILITÉ D’ENTRETIEN
Avouons-le, faire ses cuirs n'est pas la meilleure activité pour un cavalier. Et pourtant, la majorité de notre matériel est ( ou peut être) en cuir : boots/chaps, bottes, filet/side-pull, licol, guêtres...et bien évidemment notre selle. Et lorsqu'on est de corvée, autant dire qu'on en a pour un moment ! Il faut tout démonter, nettoyer, graisser, puis remonter... Alors après avoir fait mes étrivières et mon side-pull, j'étais soulagée de n'avoir que les contre-sanglons à graisser (par contre eux sont en cuir). Pour le reste de ma selle, un coup de chiffon humide, et le tour était joué !
Avec une selle synthétique, pas de risque que la couleur change, que le cuir se déforme, s’abîme, craque si peut d'entretien... Et comme je ne suis pas la plus organisée pour tout ce qui est "nettoyage de sellerie", cela me va bien ! 
De plus, cela va faire 3 ans que j'utilise cette selle, et elle n'a pas bougé d'un poil (et pourtant je l'ai très rarement entretenue, si ce n'est pour dire jamais !). Alors si vous avez régulièrement la flemme de faire vos cuirs, une selle synthétique fera votre bonheur !


Numéro 3 : MOINS DE CUIR (POUR ÊTRE UN PEU VEGAN)
Je ne suis pas vegan ni végétarienne (même si je pars doucement sur cette voie, mais c'est un autre sujet!) , mais je trouve cela bien de pouvoir trouver des alternatives aux produits dérivés d'animaux. Alors oui, faire de l'équitation n'est pas vegan, et je pense que c'est très difficile avec tout le matériel dont nous avons besoin. Surtout que, (je me base encore sur ma selle) les contre-sanglons sont en cuir, et les matelassure en laine, donc on est loin du vegan... Mais c'est tout de même l'occasion de consommer un peu moins de cuir dans notre quotidien, alors pourquoi pas !



INCONVÉNIENTS DES SELLES SYNTHÉTIQUES

Numéro 1 : LE DESIGN
Pour celles et ceux qui aiment le beau matériel, les selles synthétiques ne sont pas réputées pour être les plus belles/les plus classes. Bien sûr tout reste une question de gout et de modèles, car personnellement je trouve que la mienne s'accorde bien avec Linda, tout en restant simple !
Mais, en moyenne, je pense quand même que les selles synthétiques sont moins jolies que les selles en cuir. (il suffit de comparer les premières images qui sortent sur google!)




Numéro 2 : LE CONFORT
Là encore, la notion de confort est subjective. J'ai déjà fait une rando de trois jours avec ma selle synthétique, et je n'ai absolument pas souffert ! (ou si un peu, mais rien à voir avec la selle!)
Alors je ne vous dirai pas que les selles synthétiques ne sont pas confortables car c'est faux, je suis très bien dans la mienne. De plus, après être retournée en club et être montée avec de vieilles selles en cuir, j'étais contente de retrouver la mienne, bien plus moelleuse, et pas dure comme une planche ! 
Mais il n'y a qu'à voir comment sont faites toutes les selles de rando/ d'équitation de travail...etc. C'est du cuir, car c'est confortable ! Mon ancienne selle, en cuir, était confortable malgré que cela soit une premier prix.
 Donc cet aspect varie beaucoup en fonction des cavaliers et des modèles. Il aurait fallut que j'essaye le même modèle que la mienne en cuir pour avoir une réelle comparaison ! Mais je pense quand même qu'une bonne selle en cuir est plus confortable qu'une bonne selle synthétique. A voir donc de l'utilisation que vous voulez en faire.



Je n'ai pas trouvé beaucoup plus d'inconvénients, car je suis vraiment contente de ma selle, et je ne vois pas pourquoi j'en changerait pour le moment !
Et si vous hésitez encore entre du synthétique ou du cuir, sachez qu'il existe des selles qui mixent les deux !

(Voici en exemple la Thorowgood T8, avec le siège en cuir, mais les panneaux en synthétique !)

(promis je ne suis pas sponsorisée par Thorowgood, je parle principalement de cette marque car c'est celle que je connais le mieux !)


Et toi, t'as quoi comme selle ? Et qu'en penses-tu ?




Mois de Mars : Travail à pied et mue !

J'avoue, j'ai loupé le coche du 1er Avril pour vous poster le résumé de notre mois de mars... Mais pour de bonnes raisons ! Tout d'abord, avec les copines youtubeuses nous avons créé notre chaîne Youtube collaborative ! Et puis à côté de ça, avec Linda nous n'avons pas chômé !

Nous avons bien repris le travail à pied et nous nous sommes trouvé de nouveaux objectifs/exercices à réaliser !

Pour commencer, nous avons travaillé sur les cercles que j'appelle en autonomie, c'est à dire qu'elle doit tourner autour de moi sans que je ne bouge. Et elle m'a surprise puisqu'elle y est rapidement arrivée !
Maintenant il va falloir que l'on travaille aux différentes allures et sur l'éloignement, mais on est sur la bonne voie ! 
Ensuite, et à mon étonnement, elle ne sait pas reculer lorsque je suis face à elle ! Elle le fait par "aspiration", lorsque je suis plus ou moins sur le côté/derrière elle, mais ne comprends pas quand je suis en face. C'est donc un point sur lequel nous allons devoir travailler !
Vous pouvez visionner ici un extrait d'une séance à pied que je commente :

Ensuite, nous avons continué notre entraînement pour notre petite course d'endurance qui approche. Linda a vraiment gagné en endurance et commence doucement à se muscler, c'est le top !
Sinon à côté de ça, Linda continue sa mue, qui je l'espère, se terminera bientôt. J'ai aussi de mon côté progressée à l'entretient de ses pieds, même si ce n'est que le début !
Bohème quand à elle progresse sur le fait de donner ses pieds, on commence enfin à revenir au calme d'il y a plusieurs mois !
Le mois d'avril (déjà bien entamé) se terminera par notre petite course, que j'ai vraiment hâte de vivre, car ce sera notre toute première "compétition", ma (et surement sa) première "endurance", bref, que des premières fois ! 

Mois de Février

Je reprends, après plus de 6 mois laissé à l'abandon, cette catégorie d'article, pour vous résumer notre quotidien mois par mois. Si vous souhaitez nous suivre au quotidien, vous pouvez nous rejoindre sur les réseaux sociaux ! 

Le mois de février a été le mois de la remise au travail pour Linda ! En effet, ses petits pieds-nus vont mieux, le temps est plus clément avec nous, et surtout, nous avons un objectif à atteindre !

En effet, nous allons nous inscrire à une course relais le 30 avril prochain, durant laquelle nous allons devoir courir entre 15 et 20 km. Nous serons accompagnées d'un coureur et d'un cycliste. C'est pourquoi nous avons besoin d'entrainement ! Car même si pour la majorité d'entre vous, cela peut paraître simple, pour Linda et moi, c'est une toute autre histoire ! Linda n'avait pas encore vraiment travaillé depuis le mois de juin dernier (hormis quelques balades), et comme le terrain chez nous est très en dénivelé, nous ne pouvons pas vraiment trotter/galoper sur de longues durées ! Alors hop hop hop, on s'y met et on s’entraîne !

Nous avons donc d'abord refait deux bonnes balades au pas, avec de bons dénivelés histoire de remettre en route la machine, et de commencer à remuscler tout ça.

barres aux sol en carrière


Puis pendant mes 10 jours de vacances, nous avons fait deux bonnes sorties sportives : un premier "trotting", avec de longues pauses de pas pour la faire souffler. On a parcouru 7.5km en 1h... Donc on a du boulot ! Ensuite nous sommes allées à la carrière, pour travailler sur des barres au sols. Et là, sur le plat, Linda ne soufflait presque pas, c'est une bonne chose !

Entre temps, nous avons fait une petite balade repos, et une séance de travail à pied, durant laquelle j'ai essayé de lui apprendre le "placé", ou flexion verticale. Quant à Bohème, elle a travaillé le passage de barres surélevées, et elle a été très appliquée ! Vous pouvez voir ça en vidéo :

Puis en fin de mois, le podologue est passé : les pieds de Linda s'améliorent, on est sur la bonne voie. Les pieds de Bohème eux sont un peu haut, mais on y travaille parage après parage. Mais cette petite ne nous facilite pas la tâche, madame refuse de donner ses pieds au pareur, et s'agite, tire sur sa longe... Je dois donc lui prendre les pieds moi-même, pour ensuite les donner au pareur. Mais il y a quand même une amélioration comparée à la première fois, avec le temps on va y arriver !

Prévisions :
Pendant le mois de mars, je ferais une bonne sortie chaque week-end, et si possible une séance à pied. Et mon père essaiera de la sortir les mercredis (courrir à pied avec elle), pour lui faire deux sorties hebdomadaires, et améliorer son endurance ! 

Je ne mets jamais d'onguent/graisse ou de goudron sur les pieds de mon cheval




Et oui, pour de nombreux cavaliers, c'est une habitude : graisser les pieds de son cheval une ou plusieurs fois par semaine. C'est ce qu'on apprend au centre-équestre, et c'est une habitude que l'on prend. Mais en y réfléchissant bien, on se rend compte que notre cheval n'en a pas besoin ! Cela va faire plus de deux ans (ou plus) que je n'ai rien appliqué sur les pieds de ma jument et de mon ânesse : elles s'en portent pour le mieux ! Il est inutile de graisser/goudronner les pieds de son cheval, et j'ai choisi de vous expliquer pourquoi.

Alors tout d'abord, dans quel but les cavaliers graissent-ils les pieds de leur chevaux ? La réponse que l'on obtiendra est "pour hydrater son sabot/le rendre moins cassant" ou alors "pour faire pousser son sabot". Et ces réponses témoignent simplement de l'absence de connaissance sur la structure du pied du cheval.

- L'hydratation du sabot (pour le rendre moins cassant):


L'hydratation vient de l'intérieur, c'est à dire que le cheval s'hydrate en buvant de l'eau, tout simplement ! Et la qualité de la corne aussi vient de l'intérieur ! Si votre cheval à des sabots "cassants", cela peut-être dû soit à un manque de nutriments/d'oligo-éléments dans sa nourriture, ou alors qu'il a un parage inadapté (lorsque c'est trop long, c'est normal, ça casse). Donc en aucun cas la graisse ou autre type d'onguent va améliorer quoi que ce soit ! Il faut résoudre le problème à sa souche, et pas lui appliquer un "cache-misère".
Enfin, la graisse va plutôt créer une barrière entre le sabot, et l'extérieur, et empêcher donc l'humidité de passer... Donc techniquement, cela assécherait plus le sabot que l'inverse.

- Faire pousser le sabot :

La paroie externe (la paroie sur laquelle vous appliquez l'onguent, celle créée par le bourrelet coronal) n'est pas l'unique composant du sabot, puisqu'il existe (entre autre) aussi une paroie interne (produite par les lamelles). Si vous appliquez un quelconque produit ayant pour but de faire pousser la paroi externe (puisque vous n'avez accès qu'à celle-là), cela créera une différence de croissance entre les deux paroies, et ne règlera pas le problème du pied de votre cheval ... S'il ne pousse pas assez, cela peut aussi être la cause d'un manque d'activité : plus un cheval se déplace, plus sont pied est sollicité, et donc la pousse est stimulée.
paroie externe/interne sabot
Source : https://podologie-equine-libre.net/2013/04/05/levaluation-du-pied-sa-forme-et-limaginaire/


-  Le goudron :

Résultat de recherche d'images pour "goudron norvège"Une des choses qui, quand on y réfléchit, est complètement absurde ! Le goudron est une matière très visqueuse et collante. Elle va donc empêcher la sabot de "respirer" (car le sabot est une matière vivante). De plus, vous allez emprisonnez toutes les bactéries/humidité, et les empêchez d'être évacuées. Il va donc favoriser l'humidité et le développement de bactéries, alors que c'est tout le contraire que vous recherchez...

N’appliquez donc rien sur les sabots de votre cheval, il vous remerciera ! Et si votre cheval a de mauvais pieds, regardez ce qui en est la cause dans son environnement/alimentation, et vous pourrez ainsi résoudre le vrai problème dans la durée !

Soigner la pourriture de fourchette naturellement !

L'hiver, c'est la saison du froid, de la boue et de l'humidité. Et donc, de la pourriture de fourchette pour nos chers amis ! J'ai donc choisis de vous expliquer comment je remédie à ça, sur conseils de mon podologue et tests de recettes par moi-même.

D'où vient la pourriture de fourchette ?
la pourriture de fouchette est dûe a des bactéries et des champignons. Ses bactéries se développent principalement à cause de l'humidité. Mais bien d'autres paramètres entrent en jeu, telle l'alimentation, ou encore si le pied est ferré ou non. En effet, un pied ferré aura plus tendance à développer une pourriture qu'un pied-nu puisque la fourchette n'est pas stimulée, et donc se régénère beaucoup plus difficilement.
Au début c'est anodin, mais il faut la traiter afin qu'elle n’atteigne pas les tissus internes du pied 

1. Bain de pied 

Tout d'abord, voici un soin qui peut-être réalisé pour traiter plusieurs cas : la pourriture de fourchette, mais aussi les fourmilières. C'est donc efficace, ça permet de faire d'une pierre deux coups. il s'agit des bains de pied au BICARBONATE. Beaucoup de maréchaux prescrivent des bains de pieds à l'eau de javel. Certes, l'eau de javel va attaquer et détruire les tissus atteints, mais elle va également attaquer les tissus sains. Et ce n'est pas ce que l'on recherche. C'est pourquoi je vous conseille, suite au passage de mon podologue, de réaliser des bains de pied au BICARBONATE. Il est antifongique, il va donc éliminer la pourriture de fourchette.

Pour qu'il soit efficace :
  • Mettez entre 2 et 3 litres d'eau tiède dans un sceau
  • Ajoutez 2 cuillères de bicarbonate
  • Mélangez le tout
  • Plongez le pied de votre cheval et laissez agir 10 min pour que cela soit efficace.
Répétez l'opération tous les 3 jours environ pour que cela soit efficace.


2. Recette à appliquer
 
Ensuite, j'ai trouvé une recette relativement efficace, qui permet d'assécher la fourchette et de traiter encore plus la pourriture. En une semaine, son état s'était déjà bien amélioré !

Concernant les ingrédients pour cette recette, il vous faudra :
  • De l'argile verte
  • De l'huile essentielle de tea-tree (ou arbre à thé)
  • Du miel
  • De l'eau
Rien de plus, donc comme vous pouvez le voir, tout est 100% naturel !
Pour ce qui est de la réalisation de la recette, je vous laisse sur le DIY que j'ai réalisé, tout sera plus clair en vidéo ! :) 




J'espère que ces quelques conseils vous seront utiles et vous permettront d'améliorer l'état des pieds de votre cheval ! :) 

Les Galops ne sont que des PAPIERS !




TU AS QUEL GALOOOP ?"

Me voici de retour sur le blog, après un grand moment de non-inspiration. Mais aujourd'hui, après avoir reçu la question dans les commentaires je ne sais combien de fois, j'ai choisi de vous faire part d'un petit coup de gueule à propos de ces fameux papiers : les "Galops".

Il faudrait, une fois pour toute, que les cavaliers ne prennent pas ces diplômes comme l'objectif absolu. Même s'ils peuvent vous ouvrir des voies (BJEPS,concours Amateur/Pro...etc), cela ne veut pas dire pour autant que ces Galops représentent votre niveau équestre, et encore moins votre niveau de compréhension du cheval. 

J'ai passé mes 3 premiers galops au poney-club, comme la plupart des cavaliers. Puis j'ai arrêté. Simplement car je n'en ressentais pas le besoin, mais aussi et surtout car cela coûtait CHER.

Tout comme n'importe quel diplôme (BAC,brevet...), il devrait être délivré si nous possédons les compétences recuises, et non pas si nous avons les moyens de le payer. Et je me suis rendue compte que ces papiers là, on peut tout simplement les acheter dans tel ou tel CE. J'ai d’ailleurs vécu une petite expérience qui me l'a prouvé.
J'avais eu, pour mon anniversaire, une heure de loisir dans un CE inconnu. J'y suis donc allé pour une heure de jeux/horse-ball qui avait lieu pendant un stage de Galop, dans le but de me faire plaisir. Je montais dans un groupe de Galop 4/5. On commence la détente. A un moment, le moniteur nous demande de réaliser une demi-volte. J'ai été la SEULE à savoir la réaliser. Et le lendemain, tous les autres cavaliers allaient repartir avec leur Galop 5 en poche. Tout simplement car ils avaient payé le stage, et que s'ils ne l'avaient pas, Papa et Maman iraient les inscrire dans un autre CE. 

De plus, je trouve que ces diplômes empêchent les cavaliers de se remettre en question : " Non mais je le sais mieux que toi, j'ai le galop 6(7,8, ou 9, en fonction des commentaires)". Mais les gars !? Le monde du cheval est une sans-cesse remise en question, rien n'est jamais acquis, tout reste à apprendre ! Alors arrêtez votre argumentaire, mettez vos papiers de côtés, et écoutez vos chevaux, lisez, apprenez, discuter avec des personnes de tout horizon. C'est là que vous apprendrez le plus, et non pas seulement en connaissant par cœur vos livres de théories (même si, évidemment, ce qu'il y a dedans est très enrichissant, mais ne vous limitez pas à ça).

Enfin, la FFE a, je trouve, un bon train de retard sur le bien-être du cheval (ou alors cela va trop vite pour elle). Quand on est petit et que l'on apprend que c'est NORMAL de ferrer un cheval, qu'il vive au box etc... On se dit qu'il y a des choses à revoir. Il ne faut pas s'étonner que les mentalités sont difficiles à faire changer...

J'ai bien plus appris depuis que je suis propriétaire de Linda et de Bohème que mes années en CE. Alors oui, là-bas j'apprenait la technique de monte, et c'est IMPORTANT. Mais je ne pense pas que ce soit LE PLUS important pour que notre cheval soit heureux et épanouis. J'ai la certitude que ma jument et mon ânesse sont bien plus heureuse avec mon petit "Galop 3", que les chevaux de compèt' montés par des cavaliers "Galop 7".
(J'admire les cavaliers qui ont un "vrai" Galop 7, j'aimerai avoir leur niveau à cheval. Mais j'aimerai avoir LE NIVEAU, pas LE DIPLÔME).

Attention, je ne dis pas que passer ses Galops est un mal, ne me faîtes pas dire ce que je n'ai pas dit. Si je pouvais, j'aimerai les passer. On peut aussi voir ça comme l'objectif de la saison, ce qui nous motive à progresser. Mais seulement, ne jugez pas ceux qui n'en ont pas, cela ne veut pas forcément dire qu'ils n'ont rien à vous apporter et/ou qu'ils sont moins bons que vous.

Et toi, t'as quel Galop ?

Les étriers Reflex Compositi


Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler « matos ». Et j’ai choisi de vous présenter mes étriers, qui ne sont autres que les étriers Réflex Compositi.
Voilà maintenant 1 an que je les utilise, et ils n’ont pas bougé ! Je vais donc vous faire un petit topo sur ces petits étriers pas cher, mais hyper pratique !
Je possédais avant de simples étriers en inox, les premiers prix de Fouganza. Il me convenait bien, d’autant plus que j’avais l’habitude de monte avec des étriers de qualité « club » (vous savez, la paire d’étrier à laquelle il manque le plancher, ou alors les étriers en plastique qui glissent… oui oui, vous avez tous connu ça, ne mentez pas !).
Après avoir changé ma selle, j’ai voulu changer mes étriers, pour quelque chose de plus « esthétique » (ou du moins assortis à ma selle, à défaut d’être hyper classe). Après avoir zyeuter sur le web, je suis d’abord tombé sur les étriers Compositi Premium. Ce sont la version « light » des Réflex, ceux que beaucoup de cavaliers possèdent, et sur lesquels on peut modifier la couleur des semelles (ce qui les a rendu célèbre pour toutes les fashionista qui voulaient assortir leurs multiples tenues à leurs étriers !).
Puis après avoir fait le tour des différents sites en ligne, je suis tombée sur leur grand frère, les Réflex Compositi. Même matière, mais, plancher plus large, et un léger amorti dans la semelle. Et ça, c’est plus confortable !

Points positifs :
  • Étriers très légers
  • Plancher large de 12 cm pour un plus grand contact avec le pied
  • Semelle légèrement amortissante, qui évite aux chevilles de trop souffrir en saut !
  • Semelle antidérapante, je n’ai pas souvenir d’avoir perdu mes étriers une seule fois, même en chaussant très long !
  • Simple à nettoyer : un coup d’eau, et c’est fini ! Contrairement à mes anciens étriers en inox qui eux, avaient tendance à rouiller !
  • Le prix ! Pour moins de 30€ (27.50€ chez Padd), on a des étriers de bonne qualité, agréable à porter au bout du pied, et qui durent dans le temps !

Point « négatifs » :
-      Contrairement aux Compositi Premium, impossible de changer la semelle en fonction des étriers. Une seule couleur par étrier ! On explique ceci par le fait que les semelles soient amortissantes, elles doivent donc nécessiter d’un système de ressort.

Comme vous avez pu le voir, je n’ai pas vraiment trouvé de points négatifs à ces étriers, si ce n’est l’esthétique (et encore, on a le choix du départ !). Moi qui ne suit pas une adepte de tous ces étriers « modernes » (flex-on, freejump…) car je n’en ressent pas l’utilité, je pense que ces petits étriers Compositi Réflex ont tout des grand, et peuvent faire plaisir à de nombreux cavaliers ! C’est donc un produit que je vous conseillerai ! :)